samedi 6 octobre 2018



LE FESTIVAL DE CANNES ET SON REGARD INCERTAIN
Le film français SOFIA que ses producteurs français tiennent à tout prix à nous faire avaler comme étant un film marocain parce qu'ils le distribuent au Maroc, est un pèse peu, cinématographiquement parlant. Ce pèse peu, qui frôle le te peu, qui frôle le téléfilm, a bénéficié de critiques laudatives de la part de plumitifs de tous genres, dont les disciples continuent à encenser cet ennuyeux pèse peu.  Il est revolu à jamais le temps où les grandes plumes portaient un vrai regard sur des films par la force de leurs critiques, bonnes ou pas bonnes, mais souvent justes et pertinentes. Aujourd'hui, l'art d'écrire une critique n'émane plus de la pensée, mais plutôt des besoins dictés par la panse. Ce pèse peu, dont les producteurs lui font de la promo dans un  festival israélien, en tant que film représentant le Maroc, parce qu'il est réalisé par Miryem Benm Barek Aloisi, une réalisatrice  française d'origine marocaine, est visible en ce moment  dans l'ancien cinéma Le Colisée de Rabat, dont les propriétaires, des français du Maroc, qui sont également les élégants  propriétaires de l’hôtel Balima et des immeubles tout autour,  l'ont cédé  à  un exploitant français, venu de France. Et c'est  grâce à une subvention de trois millions six cent mille dirhams, accordés par le directeur du Centre Cinématographique Marocain (CCM) que l'ancien Colisée a pu être partiellement  rénové et divisé en quatre salles, dont la plus grande a accueilli la première du film SOFIA qui ne m'a ni interpellé ni intéressé ni touché, contrairement au délégué général du festival de Cannes, Thierry  Fremaux qui le sélectionna  avant même qu'il soit totalement monté, pour être présenté dans la section Un certain  Regard, en tant que film marocain. Il y a anguille sous Thierry. Exactement comme ce fut le cas pour Abdellatif Khechiche, dont le film ADELE  fut sélectionné pour la compétition officielle de Cannes avant d'avoir son montage définitif. Résultat : Palme d'or pour ADELE. Prix du scénario pour SOFIA.  Il y a anguille sous Fremaux. Comme je l'ai ecrit il y a plus d'une dizaine d'années, le festival de  Cannes est devenu une machine impitoyable qui arnaque plus de trois mille cinéastes du monde entier,  qui envoient leurs films à Thierry Fremaux,  en payant entre cent et deux cents euros, pour leur visionnage, alors que les sélections des films pour les diverses sections sont faites à l'avance. Une véritable supercherie pour ne pas dire une arnaque à l'image de ce tapage médiatique et publicitaire orchestré autour du petit film français SOFIA parce qu'il ete primé à Un certain regard. Les spectateurs marocains, à l'issue de la projection de ce film , donné en première dans ce nouveau Colisée,  rénové grâce aux trois millions six cent mille dirhams, accordés par Sarim Fassi Fihri, le directeur du CCM, n'ont montré que des regards incertains.. Mais ces mêmes regards ne s'interrogent pas pourquoi le nouveau Colisée, qui a tapissé tous les murs de son hall et de ses couloirs avec  uniquement des photos portraits  de stars, américaines et françaises, n'a pas pensé à mettre une photo d'une actrice et d'un acteur, marocains. Heureusement que Monsieur Pierre a tout prévu  pour ne pas froisser l'amour-propre des indigènes que nous sommes devenus, nous autres Marocains, dans notre propre pays. En effet, le nouveau patron du nouveau Colisée - qui doit logiquement s'appeler CINEMA ATLAS,  a jugé bon de mettre un grand portrait de son compatriote français Jamel Debbouze, cet artiste français qui crie haut et fort qu'il esr Marocain..Et pourquoi pas,  tant qu'il peut continuer à tirer profit du pays pour servir la sous-culture française comme il le fait,  via son Festival du rire de Marrakech , et son Comédie Club Debbouze que lui a  offert sa compatriote Samira Sitail qui dirige  2M et qui refuse systématiquement que 2M diffuse un seul de mes neuf longs métrages de fiction. Quelle honte. Quelle injustice. Quelle arrogance. Quelle connerie !
                                                                                        Nabyl Lahlou

P.S : En 1983, Nabyl Lahlou a refusé La Quinzaine des réalisateurs, pour son film .L,'AME QUI BRAIT, qui a été choisi pour concourir au César du film francophone.
En 1984, Le 3ème film de Nabyl  BRAHIM YACH a été présenté dans la sélection. Officielle du festival de Berlin /Section Panorama du cinéma méditerranéen.




vendredi 18 mai 2018

ON ACHEVE BIEN LES PALESTINIENS?


ON ACHEVE BIEN LES PALESTINIENS? 


Cat Blanchett va-t-elle, en accord avec ses principes d’artiste militante, et en parfaite symbiose avec tous les membres du jury de ce 71ème Festival de Cannes, dont elle est la présidente, offrir la Palme d’Or à un film surprise. Comme pour LA Palme d’Or de 1979, qui récompensa, à la fois, Apocalypse Now de Francis Ford Coppola et Le tambour de Le Volker Schlöndorff, je me mets, à deux jours de ce 71ème Palmarès, à imaginer la grande et éblouissante comédienne de théâtre et actrice de cinéma, Cat Blanchett, entrain de remettre, sourire et clin d’œil complices, la Palme d’or 2018, ex-æquo, à la libanaise Nadine Labaki et à l’égyptien Abou Bakr, pour leurs films respectifs, Capharnaüm et Yomeddine. Je me mets également à imaginer les deux cinéastes, après avoir remercié le jury, changer rapidement de ton pour fustiger Israël et condamner vigoureusement les crimes et les assassinats perpétrés aveuglément par son armée, dont les snipers s’en donnent a cœur joie en tirant à bout portant sur des palestiniens désarmés, sortis crier leur ras-le-bol contre l’éternelle occupation de leur terre la Palestine. Des dizaines de tués et des centaines de blessés, en une seule journée, risque de devenir à un jeu de massacre quotidien, s’il ne l’est déjà. Abou Bakr, dont son pays, l’Egypte, fait le jeu des israéliens, en fermant sa frontière aux palestiniens de Gaza, pourra-t-il, en recevant sa Palme d’Or, maitriser son euphorie et ses émotions, en condamnant Israël, sachant que 95% de l’assistance sont acquis aux thèses d’ Israël. La même interrogation m’interpelle vis-à-vis de Nadine Labaki, dont son magnifique Liban a surmonté tant de guerres et de conflits, en continuant à soutenir les palestiniens qui vivent sur son sol. 


J’arrête de rêver et je reviens à l’amère réalité, celle d’une terre et d’un peuple que presque tout les pays arabes trompent, arnaquent et roulent. Il y a bientôt cinquante et un ans, juste après la grande débâcle de la guerre des six jours, nous étions plusieurs jeunes marocains étudiants à Paris, à avoir répondu à l’appel d’une ambassade arabe (Syrie ou Egypte) pour aller combattre Israël. Il n’y eut pas de suite. Et depuis, jamais la flamme qui anima ma solidarité envers la Palestine et les palestiniens, n’a faibli ou chaviré, comme je l’ai écrit et décrit dans ma pièce de théâtre. La grande kermesse (1979), en hommage à la lutte des Palestiniens qui se font toujours avoir par les dirigeants arabes. Apres plus de cinquante ans de rêves et de cauchemars, d’espoirs et de désespoirs, je m’interroge sans cesse pourquoi cette belle flamme qui nous poussait a nous battre pour la cause Palestinienne semble vouloir déserter nos cœurs et nos convictions ? Sans doute à cause de l’extrême hypocrisie et du double jeu des uns et des autres, c'est-à-dire des dirigeants arabes et des dirigeants palestiniens. Quand Khalid Jamai, qui, chaque semaine, consacrait une page entière dans le quotidien L‘Opinion à l’héroïque lutte légitime du peuple palestinien et à sa cause sacrée, fut arrêté en 1973 et incarcéré, j’ai repris. sa page culturelle en lui rendant hommage à travers un long article intitulé : ON ACHEVE BIEN LES PALESTINIENS. Je suis tenté d’interroger Khalid Jamais sur l’état de sa belle et exaltante flamme pour la cause palestinienne, mais, par respect à son silence, je préfère m’abstenir..




Rabat 18 mai 2018-05-18 


Nabyl Lahlou

mercredi 14 juin 2017

LA CHUTE pour Le Président Hollande OPHELIE pour Le Président Macron

En marge de la visite au Maroc de Monsieur  Emmanuel Macron
Président de la République Française

LA CHUTE  pour  Le Président Hollande
  OPHELIE pour Le Président Macron
ANTIGONE  pour Messieurs  Benkirane et Othmani
Mardi 2 avril 2013, la veille de la visite d’Etat au Maroc du Président de la République Française, monsieur François Hollande, le Théâtre National Mohammed V donnait une deuxième et dernière représentation de La chute d’Albert Camus. Prenant la parole à la fin de la représentation pour remercier le public et parler des conditions et des moyens dérisoires qui accompagnèrent la douloureuse naissance de La chute,  je n’ai pu m’empêcher de dire à l’assistance combien j’aurais été heureux et honoré de voir le Président François Hollande présent à cette représentation de La chute, interprétée magistralement en langue française par une très grande comédienne marocaine de l’envergure des très grandes comédiennes françaises. Mais l’illustre hôte de Sa Majesté le roi Mohammed VI, n’allait arriver à  Rabat que le lendemain mercredi 3 avril 2017.  Ainsi monsieur François Hollande qui, dès son intronisation à L’Elysée, se voyait injustement chuter dans les sondages jusqu’à sa récente chute finale, n’aura pas vu l’avocat Jean-Baptiste Clamence décrire  sa lente chute dans l’univers glauque et trouble des gens à la toge noire. Mais le président François Hollande, pendant sa visite d’Etat, eut l’honneur pendant de marcher sur un talus couvert de tapis aux couleurs chatoyantes pour aller inaugurer une station d’épuration, non loin d’une décharge publique. Etait-ce là une réponse du roi au Président qui lui avait fait battre longtemps le pavé avant de le recevoir sur les marches de  l’entrée  de l’Elysée ?
Aujourd’hui, mercredi 14 juin 2017, à l’occasion du premier jour de la visite officielle dans notre pays du nouveau Président de la République Française, monsieur Emmanuel Macron, j’ai pensé souriant au président François Hollande qui n’avait pas pu voir La chute d’Albert Camus  pour mesurer combien les Marocains, qui sont encore à la recherche de leur identité et de leur langue nationales,  aiment et apprécient la langue française et combien cette belle langue française est présente dans leur vie privée et professionnelle, tout en m’enthousiasmant à l’idée de voir son successeur venir au théâtre de l’Uzine pour écouter Macbeth, un des deux personnages de la pièce de théâtre Ophélie n’est pas morte,  déverser sa haine de colon : « Quelque chose bouge. La révolte est arrivée. C’est fini. C’est la fin de notre règne. Adieu mes plantations, mes terres, mes nègres. Mes bêtes .Nous n’aurions pas dû leur apprendre à lire et à écrire. Il fallait les laisser sauvages à l’état sauvage...Et dire que toutes ces merveilles que nous avons créées aux mille efforts et à la sueur de nos fronts vont disparaître, saccagées par ces apaches. Mais ne nous affolons pas. Nous reviendrons plus tard. Ceux qui vont nous remplacer bien qu’ils soient de la même graine que ces arriérés sont de la même race que nous. Notre civilisation, notre langue et notre domination dureront et continueront grâce à ceux là mêmes qui réclament la liberté et l’indépendance de leur pays. ».
Comme monsieur François Hollande, qui n’a pu voir La chute Monsieur Emmanuel Macron ne verra  pas Ophélie n’est pas morte  et n’entendra pas Hamlet, l’autre personnage de la pièce, répondre à Macbeth, qui lui demande s’il veut écouter Molière, interprété par les cracks de la Comédie Française : « Non ! Plus de Molière ! Nous ne connaissons que Molière ! Nous sommes industriellement sous-développés parce que notre culture théâtrale  est à base d’artisanat moliéresque. Depuis le Roi Soleil, la France a jonglé avec les révolutions. Jonglé ! Et si nous, nous jonglons avec Molière cela veut dire que nous sommes sous les bottes des seigneurs qui veulent nous maintenir dans un moyen-âge sans fin ».
Monsieur Emmanuel Macron ne verra pas Ophélie n’est pas morte  dans  sa  traduction en arabe classique, quarante sept ans après sa première création en langue française, attribuée à Molière dont Le malade imaginaire  présenté récemment au Théâtre  Mohammed V, plein à craquer de spectateurs marocains qui ne jurent que par la belle langue française, alors que leur belle langue arabe qui est aussi poétique, riche et puissante, que ne peut l’être la langue française, semble ne pas atteindre leurs cœurs alors que le patriotisme et l’identité sont d’abord liés à la langue. La langue, notamment la langue française que les Instituts Français au Maroc se doivent de défendre de véhiculer et de glorifier pour la faire aimer aux Marocains.  Ils la feront plus aimer et accepter s’ils s’ouvraient à  la langue arabe en accueillant dans leurs théâtres des pièces de théâtre en arabe classique pour faire aimer la langue du « dad »  aux élèves des établissements relevant de la Mission Culturelle Française. Un tel acte ne fera que valoriser la langue française aux yeux des Marocains arabophones, qui continuent de voir en elle la présence de la        France colonialiste. Cependant, devant le cruel vide culturel côté marocain, la présence dans notre pays des Instituts Français, espagnols, allemands, anglais, néerlandais, demeure plus que vitale pour le citoyen marocain modeste. Ne soyons donc pas étonnés de voir  les Instituts Français au Maroc investir  le Théâtre Mohammed V à Rabat, le Théâtre Mohammed VI   à Oujda, et tout autre lieu, susceptible de leur permettre de faire briller la culture française et la langue française.
Et tant qu’une véritable vision culturelle révolutionnaire ne germe pas et ne prend pas forme dans la tête de nos dirigeants pour comprendre que la Culture est vitale pour la société, la présence au Maroc des Instituts culturels européens, et plus particulièrement français ne pourra qu’immuniser les esprits fragiles contre les apprentis obscurantistes, qui,  venus au Théâtre Mohammed V voir Antigone, causèrent par leur chahut ininterrompu l’arrêt de  la représentation. C’était le 4 décembre 2002, époque où le PJD de messieurs Benkirane et Othmani était dans l’opposition. A ce sujet, je leur donne à lire cet extrait de l’éditorial que le journal Attajdid consacra, le 13 décembre 2002, à la représentation d’Antigone, jouée en langue française  par des comédiennes marocaines. « Sur la scène du Théâtre National Mohammed V, ce soir du mercredi soir 11 décembre  2002, il y  avait de la débauche, du sexe, de la fumée de cigarettes, du vin et Nabyl Lahlou qui se pavane sur scène, tout nu, à l’exception d’un bout tissu lui cachant son sexe et son gros derrière. Ces lieux de dépravation et de perdition où la langue française et la francophonie font un ravage dans les esprits et la pensée de la jeunesse de notre pays, nouvelle victime de ce nouvel impérialisme que représentent la langue française et la francophonie ».
                                                                                     Rabat 14 juin 2017
                                                                                     Nabyl Lahlou


dimanche 30 octobre 2016

IL Y A 51 ANS? ENLÈVEMENT ET ASSASSINAT DE MEHDI BENBARKA

يوم 29 أكتوبر 1965 اغتيال المهدي بن بركة
يوم 29 اكتوبر 2016 اغتيال مواطن بسيط  

 قبل 51 سنة,اختطف المهدي بن بركة في قلب العاصمة الفرنسية,أمام مقهى-مطعم "ليب" الموجود بالشارع الرقي "سان جيرمان"’ الذي اصبح يقطنه,منذ ان فاز بجائزة "الكونكور" الطاهر بنجلون,الكاتب الفرنسي من أصول فاسية – طنجاوية.                                
 اختطف المهدي ببن بركة على ايادي بوليس فرنسيين أركبوه سيارة وساقوه الى فيلا بضواحي باريس حيث كان ينتظره جلاده وعدوه و قاتله الجنرال أفقير,هدا الضابط الصغير في الجيش الفرنسي الذي فرضته فرنسا على الملك محمد الخامس,بعد عودته من المنفى,ليكون مساعده,ليصبح,بعد الموت المفاجئ لمحمد الخامس,سفاحا و قتالا في حوادث مارس 1965 , سبعة اشهر قبل اختطاف و فتل المهدي بن بركة,ليسوقه طموحه الفتاك الى محاولة اغتيال الملك الحسن الثاني,الذي كان عائدا من فرنسا على جناح "بوينكه" 747. حدث هدا يوم 16 غشت 1972,سبع سنة على مرور اغتيال المهدي بن بركة على يد الجنرال أفقير الذي فشل في اغتيال الحسن الثاني الذي لم يبق امامه إلا تصفية الجنرال ليحمي عرشه.                                                                                      
كنت اقطن باريس سنة 1965 حيث خبراختطاف المهدي بن بركة زعزع كياني,كما سبق للمهدي بن بركة,نفسه,ان زعزع ضميري و روحي عندما شاهدته و سمعته سنة 1963, بساحة البطحاء بمدينة فاس, يخاطب تجمعا جماهيريا,قائلا : " لا ركوع و لا سجود الا لله".جملة بسيطة زعزعتني و أيقظتني لتحرر سلوكي و تبني لي فيما بعد رؤيتي ككاتب و مخرج ليصبح مفهومي لكتابة مسرحياتي واختيار انطلاقة اخراجي لأي عمل مسرحي مبنيا على كرامة و حرية و الدفاع الانسان. وانطلاقا من هدا المفهوم,كانت اول مسرحياتي ككاتب مسرحي هي  "لي ميلياردير" التي تتكلم عن اختطاف المهدي بن بركة, الاختطاف الذي  اعود اليه في اوفيليا لم تمت,المسرحية التي قدمناها مؤخرا على مسارح  تابعة لوزارة الثقافة في ثماني مدن لا يوجد فيها لا مثقفون و لا مهتمون بالمسرح و الثقافة. انني ابكي عليك يا بلدي من كثرة الجهل الذي اصبح يسكن نخبته الثقافية                          
51 سنة مرت على اختطاف المهدي بن بركة و لا احد من ابنائه و عائلته و اقربائه استطاع ان يعرف اين هي جثته  ان لم يكن قد ذوبها او قطعها الجنرال افقير كما كان يفعل كجندي في الجيش الفرنسي اثناء الحرب العالمية الثانية.                             .           هل اخذ النسيان يسكن ضمائر الثوريين و المناضلين و يجمد ذاكرتهم,بعد مرور 51 سنة على اغتيال المهدي بن بركة,استاذ الحسن الثاني في علوم الرياضيات ؟                      
من طانزانيا اعطي الملك محمد السادس تعليماته السامية بمتابعة كل من تسبب في موت مواطن مغربي بائع سمك ,فهل سيعطي الملك محمد السادس تعليماته السامية للبحث عن حقيقة اختطاف و اغتيال المهدي بن بركة و محاكمة الدين خطفوا و عذبوه و قتلوا.        

الرباط 30 اكتوبر2016

نبيل لحلو 

jeudi 6 octobre 2016

Marocaines, Marocains, ne fautez pas demain vendredi 7 octobre 2016

Marocaines, Marocains, ne fautez pas demain
vendredi 7 octobre 2016

Le rêve de voir le Maroc doté d’une  véritable et réelle  monarchie parlementaire n’est sûrement pas pour demain, ni pour après-demain. Encore moins au lendemain des futures élections de 2025.
« Un clou chasse un clou, un homme chasse un homme, un pouvoir chasse un pouvoir », dit William  (Shakespeare pour les érudits), dans sa pièce de théâtre Coriolan.
Deux putschs militaires, à la James Bond, n’ont pas réussi à mettre un terme au régime despotique, féodal et policier, qui était en vigueur sous Hassan II. Deux putschs militaires, inimaginables pour une monarchie qui semble éternelle pour ses propriétaires ; deux inattendus putschs militaires, dont les architectes auraient instauré un régime militaire dictatorial, dirigé par des monstres, pressés d’assassiner  et d’éliminer toutes celles et tous ceux qui n’ont eu de cesse de réclamer la démocratie sous Hassan II, sorti mille fois plus fort, après l’échec de ces deux putschs, pour asseoir son règne, sauvé deux fois de justesse par une baraka divine, ou Ciaenne (CIA).
De Washington à Paris, d’Oslo à Stockholm,  de Pékin à Moscou , d’Ottawa à L’ile de Chakerbakerben, tout le monde sait que la monarchie marocaine, représentée par le roi, détient pratiquement tous les vrais pouvoirs pour diriger le pays et tenir à carreaux ses sujets qui auraient envie d’ouvrir la bouche.
Nous constatons encore aujourd’hui cet accaparement des pouvoirs entre les mains du roi, malgré la formation d’un nouveau gouvernement, dirigé par l’islamiste, populiste, démagogue, le drôle de comédien-pleurnichard Abdalilah Benkirane, patron incontesté du parti islamiste de la déprime, dont les disciples, hommes et femmes, pensent, dur comme fer, que « La solution est dans l’Islam », alors que, personnellement, je pense que tous les maux et toutes les tares viennent de cet « islam », devenu une gangrène pour semer la peur, instaurer la terreur et donner la mort aux innocents.
L’édification d’une véritable monarchie parlementaire marocaine, au vrai sens de sa pratique et de sa belle éthique, est pour très
bientôt : au plus  tard 2035.
Ne fautez donc pas demain 7 octobre 2016 en allant voter pour celui ou celle qui risque de se payer vos têtes pendant cinq nouvelles années
Avant de donner votre voix, pensez à ceux et celles qui ont une nouvelle formule à proposer, une nouvelle voix à offrir. C’est à celles et ceux qui prôneront une voie toute neuve pour sortir le royaume des inerties renouvelables  de son archaïsme féodal séculaire et de sa modernité qui sonne faux, que vote voix doit aller pour donner du poids à votre vote.
                                                                           Jeudi 6 octobre 2016
                                                                                 Nabyl Lahlou                                                           

mercredi 5 octobre 2016

DU PREMIER RIEUR DU PARTI DU RIRE AU PREMIER PLEURNICHEUR DU PART DE LA DÉPRIME (texte en arabe)

من الضاحك العام لحزب الضحك
الى البكاي العام لحزب البكاء
                              بقلم نبيل لحاو                   

المغرب,اليوم,ليس في حاجة الى برلمان يدخلونه برلمانيون و برلمانيات جلهم و جلهن جهلة لا يعرفون فن و جمالية البلاغة حيث خطب اغلبيتهم تجعل المواطن يكره اللغة العربية و اللغة المغربية.                        
اليوم,المغرب في اشد الحاجة الى ثورة هادئة و شاملة وجميلة لإخراج البلاد من التخلف و الجهل والفقر و الفساد و الاستبداد و الطغيان و الاحتقار حتى يستيقظ هدا الشعب المغربي المقهور و الحاني الرأس و الظهر من نومه ألانهائي,هدا النوم-التنويم الذي نزل عليه مند مجيء ادريس الأول الى بلاده, بلاد البرابرة سكان المغرب الأولون.             
فادا كان زواج ادريس الأول مع الآنسة كنزة - التي تجاهل التاريخ الى يومنا هدا من أي عائلة بربرية تنحدر -  يؤرخ لتوحيد العرب و البرابرة, ف"فوزكم" و "فوز" حزبكم في انتخابات 2011,واختياركم من قبل جلالة الملك لرئاسة الحكومة,لم يكن امرا سهلا بالنسبة لكم لتكوين حكومة تترأسونها كإسلامي سبق له ان رضع من "بزولتي"  اليسار و الاشتراكية العالمية. و عكس ادريس الأول الذي لم يتزوج سوى كنزة لتمكينه من بناء حكمه,اضطررتم انتم ان تطلبوا  لزواجكم الأول يد حميد شباط  و يد امحند العنصر و يد نبيل بنعبدالله, لتكونوا حكومة لا تحكم لأن الذي يحكم البلاد و يسير كل امورها هو الملك,كما قلتموه البارحة و تؤكدونه اليوم بمناسبة حملاتكم الانتخابية التي تجعلكم تنفجرون بكاء كلما صاحت حناجر الناس البسطاء,الدين يأتون لتجمعاتكم,اسمكم,الشيء الذي يزيدكم ثقة في النفس لدرجة تجعلكم تشعرون بان لا فرق بينكم و بين السيد الطيب رجاء اردوكان رئيس الجمهورية التركية,الذي طالب من الشعب التركي ان يخرج الى الشوارع لتصدي للانقلابيين العسكريين و المدنيين. و ها انتم تقولون,و كأنكم واثقون بالفوز بالدرجة الأولى في انتخابات 7 اكتوبر المقبل,بأنكم ستلجئون الى الشعب ادا ما فشلتم في تكوين حكومتكم الثالثة بمناسبة ولايتكم الثانية.                              
و عندما طلب حميد شباط الطلاق منكم كان عليكم ان تلجئوا الى الشعب عوض ان تطلبوا يد صلاح الدين مزوار الذي كنتم تقولون عنه  رئيس حزب صنعه المخزن و "ما فيدوش". و انتم, من جعل من طائفتكم حزبا و سمح له بالوجود ؟ الدكتور الخطيب ام البروفسور- الكومسير ادريس البصري؟                                                                      
بالأمس القريب سمعتكم تذكرون خصومكم السياسيين بان انتصاركم  و
  و فوزكم في انتخابات 2011 جاء بفضل الله و بإرادة الله. في هده الذي فالله الذي اختاركم كما تقولون لتسيير امور البلاد يبدو انه ترككم لوحدكم امام استبداد التماسيح و العفاريت و حكومة التحكم, لدرجة انكم اصبحتم تشتكون و تبكون و تتوسلون. اصبحتم حزبا فارغا من محتواه الدي بني فقط على الشعار, شعار : العدالة و التنمية. اين هي العدالة و اين هي التنمية طوال حكمكم الفارغ هو الآخر من محتواه بما ان الملك هو الوحيد الذي يحكم البلاد و العباد. في هدا الصدد ولو واحد من وزراء حزبكم  كانت له الشجاعة لتقديم استقالته كوزيركم  الرباح الذي  خسر رهانه المتعلق بسياسة تفويت الكريمات على شتى انواعها. و الرباح, هدا, ورث منكم "الجبهة" و "السنطحة".                                    
فهل تخليتم عن الله ام تخلى الله عنكم لأنكم قبلتم التحالف مع احزاب كنتم تصفونها بأحزاب فاسدة و مفسدة و لا مصدقيه لها؟                       
بالأمس الغير البعيد  سمعتكم تصيحون باللهجة المغربية : "حنا عندنا الله و هم عندهم...", دون ان تكون لكم الشجاعة لإتمام جملتكم. في هدا الصدد وجهت لكم رسالة مفتوحة قلت لكم فيها : اتركوا الله انه رب العالمين و كفوا عن الاتجار باسم الله و الدين.                             
اليوم,الحقيقة المرة و اليائسة , و التي يعرفها كل مغربي يملك ما تيسر من القدرة على التفكير و التحليل و التصور, هو ان اختياركم لتركبوا حكومتين مركبتين من أجناس مختلفة و متناقضة,سياسيا و فكريا و اقتصاديا و دينيا , جاء , كما تعرفونه جيدا ,لإرضاء مطالب غربية و اميركية و خليجية,طبقا للرؤية المخزنية الجهنمية التي تحكم البلاد  مند ان تزوج ادريس الأول كنزة البربرية. فلا حول ولا قوة إلا بالمخزن الذي تعلم على يد الماريشال هوبير اليوطي,صانع الملكية الحالية و المدينة لفرنسا,كيف يحكم البلاد ويتحكم في العباد و يتفنن في تروض    
الأحزاب و اسكاتها بإغرائها بكل الامتيازات.                               
هل بلادنا لا زالت  في حاجة الى لعبة الانتخابات و قد مرت 63 سنة على عودة الملك محمد الخامس الى عرشه,عودة  تحققت  بفضل الكفاح المسلح للمقاومة و جيش التحرير و التضحيات البطولية للشعب المغربي هدا الشعب الذي لم تتحسن   معيشته  و لا يظهر ازدهار على ملامحه  و لا رفاهية في داره. شعب لا يزال ليومنا هدا يعيش القهر و الفقر و الجهل و التخلف  و الاهانات و التعنيف و الفرق الاجتماعي و الطبقي.
  وحدها ثورة جميلة ضد الجهل و الفقر و التخلف الديني و الفكري من  شانها ان تخرجنا من اليأس و البكاء الى السعادة  و الضحك .            
          
 الرباط. الثلاثاء 4 اكتوبر 2016
               نبيل لحلو          


 
 




mercredi 18 mai 2016

Intellectuels progressistes et progressistes intellectuels,
je suis triste et profondément déçu par vous !

Sur les trois cents personnes à qui j'ai eu le plaisir et l’honneur  de faire part (par mails et sms), de la tenue du 4ème Festival de mon cinéma, en hommage à la grande comédienne Sophia Hadi, aucune de ces trois cents personnes n’a daigné effleurer de ses belles fesses et son beau postérieur, les confortables fauteuils du cinéma le 7ème Art, qui a accueilli le 4ème Festival de mon cinéma, un festival organisé par l’heureux solitaire que je suis ; un festival sans  fanfares ni trompettes ; un festival  sans le moindre soutien ; sans la moindre information télévisée, ou journalistique.
Sur les trois cent cents personnes, sollicitées pour venir assister à mon festival, seuls, Abderrahim Jamaï, Anis Balafrej, Saïd Mouline, Taj-Eddne Baddou, Kenza Sefrioui et le cinéaste Latéf Lahlou, souhaitèrent, par mail,  un heureux hommage à Sophia Hadi, sans pouvoir venir voir un seul film sur les six, projetés en hommage à Sophia Hadi, dans le cadre de ce 4ème  festival du cinéma de Nabyl Lahlou.    
Parmi les trois cent cents personnes que j’ai invitées à mon festival, dont des hommes et des femmes que j’apprécie et respecte, des politiciens et des politiciennes, cultivés et progressistes, comme peuvent l’être mesdames Khadija Riadi, Latéfa Jbabdi et Nabila  Mounib, ainsi que messieurs Mohammed Sassi, Omar Balafrej, Fouad et Abdelmoumen, seul le solitaire Khalid Jamaï a été présent à l’ouverture de ce Festival le lundi 9 mai 2016. Merci Khalid Jamaï.
Sur les quatre cents noms que j’ai contactés, dont des écrivains, des romanciers, des penseurs et des poètes, à l’mage d’Abdellatif Laabi, Abdelak Serhane (même s’il n’écrit plus depuis qu’il a goûté aux charmes discrets de la bourgeoisie), Moulne Laoussi, Fatéma Chahid... seul le romancier, en langue française, Hocine Faraj a bien voulu répondre à notre appel en venant à l’ouverture de mon Festiva. Merci Hocine Faraj.
Au niveau des médias,  aucun journal, aucune télévision, aucun site électronique,  qui se respecte,  aucune radio, n’avaient jugé utile de se déplacer au cinéma  le 7ème Art pour jeter un coup d’œil sur mon 4ème Festival de cinéma et voir un film, au moins un seul film. 
Aujourd’hui 14 mai 2016 c’est mon dernier film REGARDE LE ROI DANS LA LUNE qui clôturera   mon 4ème Festival de cinéma. A vous, tous et toutes, qui n’avez même pas daigné répondre  à mes appels et mes invitations, successives, je vous dis de rester chez vous devant vos télé, où à l’intérieur de vos têtes, car si vous venez voir REGARDE LE ROI DANS LA LUNE, vos consciences seront bousculées.
Ne venez pas
                                                                                                                                                    Rabat. Samedi 14 mai 2016
                                                  Nabyl Lahlou